2) La solution pour ne plus être souffre-douleur

I/ Introduction : la hierarchie !

Il faut savoir que dans toutes les societes humaines il y a une hierarchie.
Cela parait normal. A l’ecole par exemple il y a le proviseur puis ensuite le directeur, le prof, l’eleve. Ce que l’on a tendance a oublier c’est que meme parmi les eleves il y a une hierarchie. C’est une hierarchie moins formelle, sans nom. C’est instinctif. Dans une classe d’eleve on va trouver plusieurs camps. Les eleves populaires(cool) sont en haut de la hierarchie. En bas de la hierarchie on trouve justement le souffre douleur ! Entre les 2 il ya des gens qui se battent pour pas etre tout en bas et d’autres qui se battent pour aller avec les eleves cools. D’autres encore sont satisfait de leur groupe.
Tout est relatif car un eleve cool/populaire dans une classe deviendra un souffre
douleur dans une autre. L’eleve le plus cool d’une classe de riches pourra peut
etre devenir un souffre douleur dans une classe de racailles :D .
Tout est RELATIF ! Une fois qu’on a compris ca il faut savoir qu’il est difficile de monter dans la hiearchie especialement lorsque on est tout en bas ! C’est quand meme possible !
Donc la question que vous vous posez : quelle est la solution ?

II/ 1ere Solution : changer d’environnement

Un moyen simple de changer son statut c’est de changer d’environnement. Vous avez une chance d’etre mieux respecter dans le nouvel environnement a condition de ne pas se comporter de la meme facon . J’expliquerais quels comportement sont a eviter. Je donnerais aussi les comportements a appliquer.
Donc je vais faire un article :  » Comment s’integrer dans un nouvel environnement ? ».
il faut savoir que ca va dependre de vous entierement. De votre capacite a comprendre
les relations entre les gens. Mais aussi cela depend de votre capacite a vous faire
respecter. Pour se faire respecter il faut ameliorer sa confiance . Voir l’article
« Comment ameliorer sa confiance ? » a venir.

Tot ou tard quel que soit le milieu dans lequel vous vous trouvez il faut
se faire respecter c’est AUTOMATIQUE. C’est un passage obligatoire.
Avec certaines personnes c’est plus facile que d’autres.

III/ 2 eme Solution : se faire respecter
Si vous choisissez de rester dans le meme environnement il va falloir se faire respecter. Vous n’avez pas le choix. Voir l’article « se faire respecter » qui est en preparation.

Publié dans : Conseils |le 19 mars, 2009 |8 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

8 Commentaires Commenter.

  1. le 5 mai, 2009 à 10:45 séverine écrit:

    j’ai toujours été 1 souffre douleur depuis ma petite enfance et je suis devenu adulte et rien a changé

  2. le 19 octobre, 2010 à 20:43 missseve écrit:

    ado j’ai été le souffre douleur et j’en ai souffert,j’ai fait une dépression et après une hospitalisation,j’ai compris que je ne me respectais pas,ne m’etais pas respectée,etant trop gentille et sensible.Avec certains je dis non,maintenant,et je dis mes limites mais j’ai du mal a les poser quand meme,a mettre des limites et a dire aux gens qu’ils vont trop loin,qu’ils dépassent les bornes,j’ai peur du conflit.Je hais les conflits.que faire merci?Le problème ne vient pas de moi,je le sens mais de gens qui ont besoin de faire payer leurs problèmes ou souffrance aux autres,mais j’ai déja eu affaire a deux personnes adulte qui m’ont fait payer leurs problèmes et en voulaient a la terre entière meme sans s’en rendre compte.COmment se protèger de gens pareils?Merci.

  3. le 14 juin, 2011 à 10:49 julien écrit:

    Merci et bravo au titulaire de ce blog pour les questions pertinentes qu’il(elle) aborde, ainsi que les réponses qu’il (elle) propose.
    MON POINT DE VUE SUR « LE SOUFFRE-DOULEUR » :
    J’ai été à maintes reprises un souffre-douleur à l’école et au travail.
    Actuellement je ne le suis plus. Cette expérience m’a appris à reconnaître rapidement un souffre-douleur dans un groupe ou quelqu’un qui risque de l’être. Je dirais même que j’arrive aussi à protéger de manière implicite ou diplomatique une probable victime…
    Suivant ma propre expérience, je pense que pour éviter d’être soufre-douleur, il faut le plus possible s’entourer des gens avec qui on estime qu’on partage les mêmes valeurs! Un élément important : on peut ne pas avoir ni la même couleur de peau, ni la même nationalité, ni la même formation scolaire,…et AVOIR des valeurs en commun! Autrement dit, ce n’est pas quelqu’un qui nous ressemble d’apparence qui a forcement les mêmes valeurs que nous. Évidemment il existe des domaines où l’on ne sait pas faire le choix des gens qui vont nous entourer. C’est l’exemple du milieu professionnel et scolaire(sauf si on est le chef d’entreprise:-). Dans ce cas, je proposerai plutôt, non pas d’ignorer l’entourage (collègues), mais d’essayer d’agir toujours en conformité avec le RÈGLEMENT de l’entreprise ou de l’école. Lorsqu’on agit avec intégrité (respect du règlement des lieux, bonne manière social en disant un simple bonjour, bon appétit, au revoir, merci,…), on attise la sympathie sans s’en rendre compte.
    Autre mot de la fin, défendez et protégez toujours les plus faibles, les victimes d’injustices, les marginalisés,…les souffres-douleurs. En les défendant on se protège soi-même d’être soufre-douleur sans s’en rendre compte.

  4. le 22 août, 2012 à 20:35 Léonard écrit:

    Salut moi je suis un souffre douleur depuis que je suis en Grande section maintenant je passes en seconde et avec le temps rien a changer je suis trop gentil,trop sentimentale comme on me dit souvent et a chaque fois les gens en profitent pour e marcher dessus alors que je ne leurs demande rien on m’insulte et me frappe sans raison valable pour vous dire que en 4iem vers la fin d’année j’ai frapper un mec qui arreter pas de dire n’importe quoi derriére mon dos et d’un coup je l’ai entendu et sa a éte la goutte qui fait déborder le vase je n’aimes pas du tout la violence et les conflits mais bon… J’ai trés peu d’amis j’en ai que 5 ou 6 sur qui je peux compter mais plus je vieillis plus je me sens seule je me sens abandonner et quand j’ai changer de collège en 3iem j’ai cru que tout aller recommencer que j’allais pouvoir recommencer une nouvelle vie et bah même pas m’ont passer me hante il me suit et je n’arrives pas à m en défaire… J’ai l’impression d’être transparent pour certains mais pas pour d’autre qu es ce que j’ai de si exceptionnel pour qu’on s’enprene a moi je leurs ai fait quoi de mal? C’est ma tête qui leur reviennent pas je ne sais pas du tout je sais juste qu’il y a beaucoup de filles qui viennent me voir pour m’insulter alors que je ne les connaient même pas que faire??

  5. le 4 octobre, 2012 à 15:39 nelly écrit:

    je sias qu’étre un souffre douleur car je vie çaau quotidien les enfants, le voisinge, les hommes, je suis mére célibataire et mes enfants m’ont toujours pris pour leur souffre douleur lorsque quelques choses n’allez pas comme ils veulent ilm’agrésser verbalement ou me parler sur un tont sec celà me blaisse profondément et je reste muette à cette souffrence car ont dit que les plus grandes douleur sont souvent les plus muette.
    je sais que c’est une faiblesse et que lés personnes autour de nous le savent et c’est la raison qu’ils se comporte de la sorte.

  6. le 3 avril, 2013 à 17:35 sophia écrit:

    depuis la rentrer en 6eme je suis un souffre douleur et j’ai peur car personnes dans mon college ne fait rien ni cpe trouve solution et mon dit , qui vont voir se qui peuvent faire mais rien a changer depuis

  7. le 18 avril, 2015 à 14:28 Kalic écrit:

    Bonjour,

    Juste un mot de réconfort et de partage :

    Sans vouloir porter un jugement de valeur je dirai que, pour la plupart d’entre nous, nous venons au monde avec « des casseroles » plus ou moins lourdes et parfois difficiles à identifier, qui nous ont empêché de nous construire et que nous trainons avec plus ou moins de difficulté… Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas nous en libérer pour nous épanouir. La vie a ses belles surprises et ses opportunités d’évolution. Il faut garder la confiance même dans les pires moments.

    Ainsi de très nombreuses personnes vont mal, voire très mal pour être si méchantes, et ont besoin inconscient de « souffres douleurs »…

    Ces « souffres douleurs » dont j’ai fait partie… ont, ou ont eu à la base, un très grand manque de confiance en soi qui les a beaucoup fragilisés dans leur affirmation en société.

    C’est vraiment ce manque de confiance en soi et de sécurité intérieure, apportant une grande souffrance, qu’il faut reconnaître en profondeur et travailler afin de l’éliminer pour pouvoir rayonner ce que nous sommes réellement et pas « cette pauvre chose défaite ».

    Savoir également que l’on n’est pas seul et unique à subir ces graves préjudices et que d’autres aussi le vivent, est important !

    Pour ne pas retomber encore et encore, se faire aider par un tiers (psychothérapie, personne responsable ou personne de confiance) me semble une solution très importante. Être soutenu fait vraiment la différence.

    Avec mes vœux de courage.

  8. le 20 mars, 2016 à 18:18 CHRISTEL écrit:

    bonjour, pour moi j ai l impression d etre aussi un souffre douleur de ma famille j ai vécu beaucoup de choses mais en ce moment c ‘est ma famille qui a chaque fois on s en prend a moi et je n arrive pas a comprendre ce que j ai fais pour mériter leurs méchancetés ma sœur m ignore quand je lui parle ou alors elle me fait passé pour la méchante alors que je ne lui fait rien.
    Mon père dit que je suis une fouteuse de merde de temps en temps car j ai eu le malheur de défendre ma mère dans leurs disputes maintenant il m en veux c est dur. quand je ne suis pas d accord avec eux je dois subir leurs méchancetés je ne comprend rien il est vrai que je suis quelqu’un qui ne se laisse pas faire et je dis tous ce que je pense car j en peux plus de toute cette agressivité

Laisser un commentaire

Vive les chats |
ma vie d'enfer |
rien de grave |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chez l'auteur
| solitude
| essiane